Archéologie

L’ancienne ville saoudienne d’Hégra ouvre ses portes au public après 2000 ans

Par Laurent tourelle, le 30 mars 2021 — 4 minutes de lecture
Partager la publication
Annonce

Photo: Photos de Cube And Live / Shutterstock

Hégra, ou Madâin Sâlih, est un site archéologique situé à une vingtaine de kilomètres de l’oasis d’al-‘Ulā, une ville du nord-ouest de l’Arabie saoudite. Pour la première fois depuis 2000 ans, cette ville incroyable s’ouvre au public.

David Graf, archéologue du Proche-Orient ancien et professeur à l’Université de Miami explique ce que c’est que de visiter Hegra et partage ses espoirs pour les expériences des visiteurs: «Cela devrait évoquer chez tout bon touriste avec toute sorte de curiosité intellectuelle: qui a construit ces tombes? Qui sont les personnes qui ont créé Hégra? D’où viennent-ils? Combien de temps sont-ils restés ici? 

Annonce

Connaitre l’histoire d’Hégra est très important. Cependant, les réponses à ces questions ne sont pas si faciles à donner.

Photo: Photos de RCU2019 / Shutterstock

Les Nabatéens, une civilisation souvent oubliée, ont utilisé Hégra comme un centre important pour le commerce international. L’archéologue Laila Nehmé, codirecteur du projet archéologique d’Hégra – un partenariat franco-saoudien travaillant à fouiller le site, explique pourquoi les Nabatéens restent un tel mystère malgré leur influence. «La raison pour laquelle nous ne savons pas grand-chose à leur sujet est parce que nous n’avons pas de livres ou de sources écrites par eux qui nous parlent de la façon dont ils ont vécu et sont morts et ont adoré leurs dieux», dit-elle. «Nous avons des sources externes, donc des gens qui en parlent, mais ils n’ont pas laissé de grands textes mythologiques comme ceux que nous avons pour Gilgamesh et la Mésopotamie. Nous ne connaissons pas leur mythologie.» Ces documents externes auxquels Nehmé fait référence sont des récits Grecs, Égyptiens et Romains qui ont échangé et interagi avec les Nabatéens.

Photo: Photos de Sainuddeen Alanthi / Shutterstock

Pour certains, ce manque d’informations ajoute au mystère et à l’excitation d’explorer ce site relativement intact. Ce que nous savons, c’est que les Nabatéens étaient à l’origine des nomades qui ont exercé une influence dans leur région sur les routes commerciales de l’encens et des épices. Nous savons qu’ils étaient actifs du 4ème siècle avant notre ère au 1er siècle de notre ère et que leur terre se trouve actuellement en Jordanie, dans la péninsule du Sinaï, en Arabie saoudite, en Israël et en Syrie. Les visiteurs d’Hégra remarqueront qu’il y a peu de traces de la ville marchande animée que nous imaginons. Au lieu de cela, la beauté se trouve dans les 111 tombes complexes dispersées dans la ville du désert. L’ornementation et l’architecture sont clairement influencées par la culture grecque, romaine et égyptienne.

Annonce

La nouvelle opportunité pour les gens de voir ces œuvres est en partie due à Saudi Vision 2030 , un plan pour l’Arabie saoudite publié en 2016 pour aider le pays à se développer dans le tourisme et le commerce. Cela aidera le pays à sortir de sa dépendance actuelle au pétrole et à diversifier ses ressources économiques. Les guides touristiques sont soigneusement choisis et formés pour présenter aux étrangers l’histoire et la majesté d’une ville ancienne vraiment unique.

L’ancienne ville d’Hégra est restée intacte depuis près de 2000 ans, mais elle est maintenant ouverte au public pour la première fois.

Photo: Photos de Hyserb / Shutterstock

Les Nabatéens, une civilisation souvent oubliée, ont utilisé Hegra comme un centre important pour le commerce international.

Annonce
Photo: Photos de Sainuddeen Alanthi / Shutterstock

111 tombes complexes avec des influences claires de l’architecture et de la mythologie grecque, romaine et égyptienne sont dispersées dans la ville du désert.

Photo: Photos de RCU2019 / Shutterstock

Source : [Smithsonian Magazine]

Laurent tourelle

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.