Des photos colorisées révèlent le moment historique où la tombe du roi Toutânkhamon a été découverte

tombe du roi Toutânkhamon

Des photos colorisées révèlent le moment historique où la tombe du roi Toutânkhamon a été découverte

Lorsque la tombe de Toutânkhamon a été découverte en 1922, elle a fait sensation. 

La tombe presque intacte était une capsule temporelle à explorer, permettant aux érudits d’obtenir des informations vitales sur la vie et la mort dans l’Égypte ancienne. Lorsque l’égyptologue britannique Howard Carter est tombé sur la tombe de la Vallée des rois, personne ne pouvait savoir quelle richesse les attendait à l’intérieur. Heureusement, le photographe Harry Burton était présent, documentant les fouilles de la tombe du roi Toutânkhamon pendant huit ans.

tombe du roi  Toutânkhamon

Octobre 1925, tombe de Toutankhamon | Howard Carter travaille sur le couvercle du deuxième cercueil (au centre), toujours niché dans le premier cercueil (situé le plus à l’extérieur) dans la chambre funéraire. (© ️ Institut Griffith, Université d’Oxford, colorisé par Dynamichrome)

Ces images incroyables, qui ont été colorisées par Dynamichrome, donnent un aperçu sans précédent de la fouille. Les photographies sont un complément aux agendas et journaux de Carter, où il a enregistré ses impressions tout au long des fouilles. En lisant ses mots et en regardant les photos, il est difficile de ne pas être entraîné dans cette partie de l’histoire.

«C’était un peu avant que l’on puisse voir dedans, l’air chaud qui s’échappait faisait vaciller la bougie, mais dès que mes yeux s’habituèrent à la lueur de lumière, l’intérieur de la chambre se présenta progressivement, avec son étrange et merveilleux mélange d’extraordinaire et de beaux objets entassés les uns sur les autres », a écrit Carter dans son journal au moment où ils ont pu ouvrir la deuxième porte de la tombe et entrer pour la première fois.

Les photographies de Burton montrent non seulement la richesse des objets – des statues et vases en forme d’animaux aux vêtements et instruments de musique – mais également l’environnement de travail des archéologues. Certaines photographies montrent comment les objets ont été étiquetés et disposés méticuleusement, tandis que d’autres décrivent l’équipe emballant et conservant ces précieux trésors avec soin.

Grâce au Griffith Institute de l’Université d’Oxford , il est non seulement possible de lire les journaux de Carter et de voir les photographies de Burton, mais également d’explorer des dessins et des cartes d’objet détaillées créées pour le contenu de la tombe.

Les incroyables photos de Harry Burton, colorisées par le dynamichrome, montrent la découverte de la tombe du roi Toutânkhamon en 1922.

tombe du roi  Toutânkhamon

Octobre 1925, la tombe de Toutankhamon | Le masque en or (Carter n ° 256a) cercueil en or massif. (© ️ Institut Griffith, Université d’Oxford, colorisé par Dynamichrome)

tombe du roi Toutânkhamon

2 décembre 1923, tombe de Toutankhamon | Howard Carter (en haut des escaliers), Arthur Callender et des ouvriers égyptiens enlevant le mur entre l’antichambre et la chambre funéraire pour permettre le démantèlement des quatre sanctuaires dorés enfermant le sarcophage. (© ️ Institut Griffith, Université d’Oxford, colorisé par Dynamichrome)

tombe du roi  Toutânkhamon

30 décembre 1923, tombe de Toutankhamon | Howard Carter (à gauche), Arthur Mace et un ouvrier égyptien, debout sur un échafaudage, enroulent le drap de lin (Carter n ° 209) qui reposait sur un cadre de bois doré (Carter n ° 208) entre le premier (le plus à l’extérieur) et le second sanctuaire. . (© ️ Institut Griffith, Université d’Oxford, colorisé par Dynamichrome)

Burton a passé 8 ans à documenter les fouilles, parmi les trésors méticuleusement répertoriés de Toutânkhamon…

Décembre 1922, la tombe de Toutankhamon | Des objets, notamment le divan à tête de vache (Carter n ° 73) et des boîtes contenant des morceaux de viande (Carter n ° 62a à 62vv) s’empilaient contre le mur ouest de l’antichambre. (© ️ Institut Griffith, Université d’Oxford, colorisé par Dynamichrome)

tombe du roi Toutânkhamon

Octobre 1926, tombe de Toutankhamon | Trois coffres en bois (celui du milieu en forme de cartouche) sur le sol (Carter nos 267, 269 et 270). Parmi ces objets, il y avait des boucles d’oreilles, des sandales et un modèle en cire de héron. (© ️ Institut Griffith, Université d’Oxford, colorisé par Dynamichrome)

tombe du roi  Toutânkhamon

Novembre 1926, tombe de Toutankhamon | Des objets, notamment de nombreux modèles de bateaux (Carter nos 284 à 287), sont empilés contre le mur sud. (© ️ Institut Griffith, Université d’Oxford, colorisé par Dynamichrome)

tombe du roi Toutânkhamon

Décembre 1922, la tombe de Toutankhamon | La boîte blanche rectangulaire (Carter n ° 50), située devant le canapé en forme de lion (Carter n ° 35) de l’antichambre, contenait, entre autres éléments, des vêtements en lin (chemises, châles et pagnes), 18 bâtons, 69 flèches et Une trompette. (© ️ Institut Griffith, Université d’Oxford, colorisé par Dynamichrome)

Décembre 1922, la tombe de Toutankhamon | Vue du mur nord de l’antichambre montrant les statues sentinelles. (© ️ Institut Griffith, Université d’Oxford, colorisé par Dynamichrome)

tombe du roi  Toutânkhamon

Décembre 1922, la tombe de Toutankhamon | Parmi les objets rangés sous le divan du lion (Carter n ° 35) contre le mur ouest de l’antichambre se trouvaient un coffre en ivoire et ébène (Carter n ° 32), des «boîtes en forme de sanctuaire» noires (Carter n° 37 et 38) un enfant et une chaise en ébène (Carter n ° 39). (© ️ Institut Griffith, Université d’Oxford, colorisé par Dynamichrome)

… Au travail minutieux de conservation et de préservation des archéologues.

tombe du roi  Toutânkhamon

29 novembre 1923, tombe de Toutankhamon | Howard Carter (à gauche) travaille avec son ami et collègue Arthur Callender pour envelopper l’une des deux statues sentinelles de Toutânkhamon (Carter n ° 22) retrouvées dans l’antichambre, avant leur transfert dans le « laboratoire » installé dans la tombe de Sethos II (KV 15). Ces statues avaient été placées de part et d’autre de l’entrée scellée de la chambre funéraire. (© ️ Institut Griffith, Université d’Oxford, colorisé par Dynamichrome)

tombe du roi  Toutânkhamon

Novembre / décembre 1923, la tombe de Sethos II («laboratoire») | Arthur Mace (à gauche) et Alfred Lucas travaillant à l’extérieur du « laboratoire » installé dans la tombe de Sethos II (KV 15), stabilisant la surface d’un des chars d’État (Carter n ° 120) retrouvé dans l’antichambre. 
(© ️ Institut Griffith, Université d’Oxford, colorisé par Dynamichrome)

Janvier 1924, la tombe de Sethos II («laboratoire») | Arthur Mace (debout) et Alfred Lucas (assis) travaillant dans le «laboratoire» improvisé (établi dans KV 15, la tombe de Sethos II) sur la conservation de l’une des deux statues sentinelles de l’Antichambre (Carter n ° 22) . La statue représente le roi portant la coiffe, le kilt et les sandales, et portant une masse et un bâton. (© ️ Institut Griffith, Université d’Oxford, colorisé par Dynamichrome)

Décembre 1923, le tombeau de Toutankhamon | Howard Carter (au centre), Arthur Callender et deux ouvriers égyptiens soulevant une partie du toit du premier sanctuaire situé le plus à l’extérieur (Carter n ° 207). Avec son double toit en pente,  il était composé de vingt sections de chêne séparées, maintenues ensemble par une variété de joints différents. (© ️ Institut Griffith, Université d’Oxford, colorisé par Dynamichrome)

4 janvier 1923, tombe de Toutankhamon | Howard Carter (à genoux), Arthur Callender et un ouvrier égyptien dans la chambre funéraire, regardant par les portes ouvertes des quatre sanctuaires dorés en direction du sarcophage en quartzite. (© ️ Institut Griffith, Université d’Oxford, colorisé par Dynamichrome)

Cette collection de photographies offre un regard incroyable sur l’une des découvertes archéologiques les plus importantes de tous les temps.

tombe du roi Toutânkhamon

Octobre 1926, tombe de Toutankhamon | Le sanctuaire d’Anubis (Carter n ° 261) sur le seuil du Trésor vu de la chambre funéraire. La figure d’Anubis était recouverte d’une chemise en lin sur laquelle était inscrit le symbole d’Akhenaton. (© ️ Institut Griffith, Université d’Oxford, colorisé par Dynamichrome)

tombe du roi Toutânkhamon

Décembre 1923, le tombeau de Toutankhamon | La palette de lin décorée de «rosettes» de bronze (Carter n ° 209) à l’intérieur des murs du premier sanctuaire doré (le plus extérieur) (Carter n ° 207) dans le coin nord-ouest de la chambre funéraire. (© ️ Institut Griffith, Université d’Oxford, colorisé par Dynamichrome)

tombe du roi Toutânkhamon

Octobre 1926, tombe de Toutankhamon | Une rangée de coffres au centre du Trésor, se terminant par le coffre canope (Carter n ° 266) qui renfermait le ventre, les intestins, le foie et les poumons enveloppés de lin du roi dans des cercueils en or miniatures, dans une boîte en albâtre. (© ️ Institut Griffith, Université d’Oxford, colorisé par Dynamichrome)

One Reply to “Des photos colorisées révèlent le moment historique où la tombe du roi Toutânkhamon a été découverte”

  1. Permettez un rappel du régime primitif en Egypte.
    En Egypte comme partout, le régime féminin a précédé le régime masculin et il a dû avoir une longue durée de prospérité et de paix, puisque, au moment où commence l’histoire, c’est-à-dire le règne de l’homme, le pays possède déjà une langue bien formée, l’écriture, et des institutions sociales qui serviront de base à l’organisation future des sociétés. Enfin une religion, un culte, une haute morale. Tout cela réalisé avant les temps historiques.
    « L’Egypte est la terre classique de la Gynécocratie », dit Bachofen, « sa civilisation repose en principe sur la préférence d’Isis à Osiris ».
    C’est par le règne des Déesses que commence l’histoire de l’Egypte. Manéthon, qui cherche à effacer les traces du règne de la Femme, place sept dynasties de dieux (Déesses) au début, puis encore douze dynasties vagues auxquelles succèdent trente dynasties de demi-dieux. Veut-il dire par « vagues » des dynasties mixtes, composées de Femmes et d’hommes, de couples régnants ? Nous l’ignorons.
    Les mémoires de Manéthon se perdirent, mais l’historien Josèphe en reproduisit quelques fragments et, après lui, les chrétiens s’emparèrent de ce qui restait de ces anciennes chroniques pour les dénaturer et nous représenter cette magnifique antiquité comme un temps de barbarie.
    L’Egypte fut longtemps gouvernée par des Prêtresses que l’histoire appelle des Pharaons. Celui qu’on appelle « le premier Roi » est Mena (devenu Menés), mot qui veut dire Mère, comme Manou. On appelle les féministes Philo-Mena. On le fait suivre d’une longue série de Princes, dit-on, qu’on croyait d’abord fabuleux, mais qui ont réellement existé. Ce sont les Déesses-Mères. On cite parmi elles la Reine Nitocris à laquelle on doit de beaux travaux ; Mœris, qui semble être la Déesse He-Mœra, à qui Hérodote attribue la construction d’un lac immense créé de mains d’hommes et qui servit de réservoir aux eaux du Nil.
    Par ici, une révolte masculine et des rois conquérants, c’est-à-dire des chefs, des Ack, venant troubler le pays. On cite parmi eux Osartasês, Sebek-hotep.
    Mais cet état de choses est interrompu tout à coup par l’invasion des Hyksos, appelés rois Pasteurs, qui sont les émigrés féministes de l’Inde, qui viennent redonner à l’Egypte une nouvelle vie matriarcale et gynécocratique. Le règne de l’homme en Egypte ne s’établira que dans le millénaire qui précède le Christianisme.
    Il commencera à Psammitique (665 à 650).
    Hérodote et Diodore ont montré que chez les Égyptiens la Femme avait un rôle prépondérant, tandis que l’homme filait et se livrait aux soins du ménage.
    M. Révilloud, dans son histoire de La Femme dans l’ancienne Egypte, a affirmé le même fait.
    C’est la Femme qui faisait les lois et les interprétait ; Elle qui était Déesse et Prêtresse.
    Les Pharaons sont des magistrats sacerdotaux, toujours représentés en costumes de femmes.
    Dans le règne primitif, toutes les grandes dignités de l’Etat, les fonctions de juge, de médecin, étaient exclusivement réservées à la caste sacerdotale. Les hommes ne pouvaient pas y prétendre, ils étaient soumis au pouvoir des femmes appelées « des sages » (Soffet), qui leur faisaient faire un service régulier, un travail dont l’organisation avait été savamment établie. On les envoyait aussi en expéditions lointaines.
    Pour les récompenser, on leur donnait le droit de porter certains signes de distinction. On comprenait déjà que les honneurs accordés aux hommes n’ont de valeur que s’ils les tiennent de la Femme.
    La Femme gardait en dépôt les Livres de science et les cachait à tous les yeux avec des précautions infinies.
    La connaissance des lois de la Nature, que les Livres sacrés avaient enseignées, facilitait tous les travaux, qui ne sont en somme que les applications de ces lois à la vie, ou à l’industrie.
    Les lois de la physique (le Kosmos), de la chimie (l’art sacré des Temples), de la physiologie (imposées dans le Connais-toi du Temple de Delphes), étaient la base solide des travaux entrepris.
    On savait tout ce que la science des modernes explique si mal, on connaissait la cause réelle de tous les phénomènes, et l’on est surpris de voir avec quelle précision tout était expliqué.
    Ces connaissances qui étaient le fond de l’éducation religieuse donnée par les femmes (les Déesses qui écrivent, les Prêtresses qui enseignent) passaient dans les mœurs, dans les institutions, dans tout le milieu ambiant. Il n’y avait pas encore de place reconnue (officielle) pour l’erreur. Nous sommes, il est vrai, à l’aurore du mensonge, mais il n’a pas encore triomphé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *