in

Un ancien snack-bar décoré de jolies fresques ouvre ses portes à Pompéi

Partager la publication

Toutes les images via les sites de Pompéi

L’ancien thermopolium (ou stand de plats chauds) que les archéologues ont déterré à Pompéi à la fin de l’année dernière s’ouvre au public cette semaine. 

Montrant l’étendue de la préservation impeccable du snack-bar – une grande partie de sa structure, de son équipement et de ses décorations vibrantes restent intactes – de nouvelles photos du site Regio V offrent un rare aperçu de la vie dans la ville italienne qui a été ensevelie par les cendres volcaniques du mont Vésuve en 79 après JC

Annonce

Des fresques élaborées et colorées représentant des plats au menu comme des poulets et des colverts suspendus bordent le bar en forme de L, avec un éventail de grands récipients en terre cuite dispersés dans l’espace. 

Intégrés dans le comptoir se trouvent des puits de stockage appelés dolia qui auraient pu contenir des plats chauds et des boissons comme du vin, du canard, des fèves, un plat de style paella composé de porc, de chèvre, d’oiseau, de poisson et d’escargot, dont des restes ont été trouvés l’année dernière. Selon un communiqué du site, les résidents des classes moyennes et inférieures cuisinaient rarement à la maison et étaient les clients probables de ce petit endroit, qui était l’un des près de 80 autour de la ville.

Bien que ce thermopolium ait été découvert à l’origine en 2019, les archéologues ne sont pas revenus pour reprendre les fouilles avant 2020. À partir du 12 août, les visiteurs sont invités à s’arrêter tous les jours entre midi et 19 heures, et vous pouvez regarder la vidéo ci-dessous pour un examen plus approfondi à la relique. 

Annonce
Annonce

Publié par Laurent tourelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

outback australien

Il utilise un drone pour illuminer un bus abandonné dans l’outback australien

Une fleur sauvage monumentale de 20 étages s’épanouit à Jersey City dans une nouvelle peinture murale de Mona Caron