in

5 dessins rupestres préhistoriques découverts en Alabama sont les plus grands découverts d’Amérique du Nord

Partager la publication

Anthropomorphe en tenue d’apparat, avec un cercle rayé dans la section médiane, 0,93 mètre de haut. Toutes les images sont publiées avec l’aimable autorisation de Jan F. Simek, Stephen Alvarez et Alan Cressler

Cachés dans une caverne étroite s’étendant sur moins de 60 centimètres du sol au plafond, cinq dessins rupestres sont les plus grands du genre découverts jusqu’à présent en Amérique du Nord. Trois figures anthropomorphes et deux serpents à sonnette sont gravés dans la surface de boue de la 19e grotte sans nom en Alabama – le nom est intentionnellement vague pour protéger l’emplacement exact – avec le glyphe le plus important mesurant près de 330 centimètres. On pense que les rendus datent des périodes préhistoriques des bois précoces et moyens , ou entre 133 et 433 de notre ère, lorsque les populations ont commencé à passer de la chasse et de la cueillette principalement nomades à la colonisation et à l’établissement de la production agricole.

Annonce

Bien que la grotte soit connue pour abriter des centaines de dessins amérindiens, la combinaison du petit espace restreint dans cette zone et de la taille des glyphes rendait auparavant impossible pour les archéologues de voir les œuvres dans leur intégralité. Cette partie de la grotte est si limitée que même les artistes auraient dû travailler sur ces pièces par segments. Depuis 2017, cependant, une équipe de recherche composée de Jan F. Simek, Stephen Alvarez et Alan Cressler utilise la photogrammétrie , un processus qui consiste à capturer des images qui se chevauchent (environ 16 000 dans ce cas) et à les assembler dans un modèle 3D, pour créer des composites. qui révèlent les dessins complets.

Le trio a publié ses découvertes dans l’Antiquité avec des images montrant des personnages richement équipés et des serpents à sonnette à dos de diamant, un animal sacré pour certaines populations autochtones qui occupaient ce qui est aujourd’hui l’Alabama. Bien que l’on ne sache pas exactement ce que ces rendus représentent, il est probable qu’ils aient une association spirituelle :

Les Amérindiens du Sud-Est ont construit des monticules, par lesquels ils pouvaient monter vers les esprits du monde supérieur pour une interaction religieuse. Les grottes ornées représentaient le contraire : des passerelles vers les mondes d’en bas. On sait que les Amérindiens ont modifié leurs paysages à très grande échelle afin de connecter le vivant aux mondes naturel et surnaturel et aux éléments variés de ces mondes. Les grandes figures dessinées dans la 19e grotte sans nom représentent donc probablement des esprits des enfers, leur puissance et leur importance exprimées dans leur forme, leur taille et leur contexte.

Annonce

En plus des cinq dessins et des croquis plus petits d’oiseaux et d’insectes, les archéologues ont également trouvé huit morceaux de céramique brisée. Ils n’ont pas récupéré d’outils en pierre ou d’os, ce qui signifie que la grotte était probablement utilisée pour une gamme limitée d’activités. (via hyperallergique )

Figure énigmatique de lignes tourbillonnantes, avec une tête ronde à une extrémité et une possible queue de serpent à sonnette à l’autre, 2,12 mètres de large

Anthropomorphe en tenue d’apparat, 1,81 mètre de haut

Annonce

A) Figure de serpent enroulé avec tête au centre, 0,50 mètre de diamètre. B) Guêpe avec la tête à gauche et l’abdomen à droite, 0,35 mètre de diamètre. C) Oiseau, 0,4 mètre de diamètre. D) Figure anthropomorphe entourée de lignes tourbillonnantes, taille 20 centimètres

Anthropomorphe en tenue d’apparat, 2,08 mètres de haut

Annonce

Figure de serpent, 3,3 mètres de long

Le plafond de la 19e grotte sans nom

Publié par Laurent tourelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Un ingénieur divise la roue arrière de son vélo en deux pour montrer comment deux moitiés forment un tout

Une larve de poisson-lune géant dévoilée pour la première fois et c’est adorable !