in

L’astéroïde potentiellement dangereux qui préoccupe actuellement le plus la NASA

Partager la publication
L'astéroïde potentiellement dangereux

Ne vous inquiétez pas, la NASA surveille de près la trajectoire des objets dans notre système solaire, y compris ceux qui pourraient potentiellement croiser la Terre. Bien que nous vivions sur cette planète sans ressentir son mouvement à travers l’espace, il est essentiel de comprendre que nous voyageons à travers le système solaire, où des roches spatiales peuvent croiser notre chemin. Pour rester informé sur les approches les plus proches, je vous recommande vivement de visiter le site Web Eyes on Asteroids de la NASA.

La NASA et d’autres observatoires surveillent les orbites des objets proches de la Terre (NEO), notamment ceux de 140 mètres et plus, susceptibles de causer des dommages en cas de collision. En suivant leurs trajectoires, les astrophysiciens peuvent prédire avec précision leurs mouvements futurs et déterminer s’ils représentent une menace pour notre région du système solaire.

Ces objets sont évalués selon l’échelle de Palerme pour évaluer leur potentiel de dangerosité.

« L’échelle compare la probabilité de l’impact potentiel détecté avec le risque moyen posé par des objets de taille similaire ou plus grands au fil des années jusqu’à la date présumée de l’impact », explique le Center for Near Earth Object Studies de la NASA. « Ce risque moyen dû aux impacts aléatoires est appelé risque de fond. Pour plus de simplicité, l’échelle est logarithmique.

L'astéroïde potentiellement dangereux

Par exemple, une valeur de -2 sur l’échelle de Palerme indique que l’événement d’impact potentiel détecté est seulement 1 % aussi probable qu’un impact de fond aléatoire. Une valeur de zéro signifie que l’événement isolé présente le même risque que celui du fond, et une valeur de +2 indique un événement 100 fois plus probable qu’un impact de fond par un objet de taille équivalente avant la date présumée de l’impact. »

Les objets sont également évalués avec un score « Torino » allant de 0 à 10, où 0 signifie que la probabilité d’impact est nulle ou négligeable, et 10 indique « une collision certaine, susceptible de provoquer une catastrophe climatique mondiale pouvant menacer l’environnement et l’avenir de la civilisation telle que nous la connaissons, que ce soit sur terre ou en mer ». Ces évaluations sont codées par couleur en vert, jaune et rouge pour simplifier la compréhension du public.

Au fil des années de surveillance des objets spatiaux, les astronomes ont observé que certains objets se déplacent hors de la zone verte. Toutefois, quelques-uns ont atteint le niveau 4, le plus élevé de la zone jaune.

« Une rencontre rapprochée qui requiert l’attention des astronomes », explique la NASA à propos du niveau. « Les calculs actuels indiquent au moins 1 % de chances de collision, potentiellement dévastatrice pour la région. De nouvelles observations télescopiques sont très susceptibles de réduire ce risque à un niveau insignifiant. Une surveillance attentive est justifiée si la rencontre est imminente, dans une fenêtre de moins d’une décennie. »

Un exemple notable est l’astéroïde 99942 Apophis, découvert pour la première fois en 2004. Initialement classé au niveau 2 sur l’échelle de Turin, il a été reclassé au niveau 4 en décembre de la même année, avec une probabilité de 1,6 % de collision en 2029.

Cependant, des observations ultérieures ont exclu toute collision en 2029, ainsi que pour les années 2036 et 2068, bien que des rencontres rapprochées restent possibles.

À l’heure actuelle, aucun objet connu ne dépasse un score Torino de 0. Cependant, certains objets nécessitent encore des observations approfondies, affichant des scores de -0,93 et -1,59 sur l’échelle de Palerme, sans avoir encore reçu de score Torino, car les potentielles collisions sont projetées à plus de 100 ans dans le futur.

L’astéroïde (29075) 1950 DA, d’un diamètre de 1,3 kilomètres, présente un score de -0,93 en raison d’une approche prévue « potentiellement très proche » de la Terre le 16 mars 2880. Ce classement devrait probablement évoluer à mesure que de nouvelles observations sont effectuées dans les années à venir.

Quant à 101955 Bennu (1999 RQ36), plus simplement appelé « Bennu », il est actuellement classé à -1,59 sur l’échelle de Palerme. On prévoit plusieurs approches rapprochées de la Lune et de la Terre, notamment en septembre 2135, où il passera à moins de 0,00143 unités astronomiques (UA) de la Terre, soit environ 213 925 kilomètres, une proximité notable dans l’espace.

À mesure que ces astéroïdes continuent leur orbite, les observations se multiplient et les trajectoires se précisent, entraînant potentiellement des ajustements dans leurs scores. Plus le temps avance, plus il est probable que les orbites de ces objets soient influencées par des rencontres rapprochées avec d’autres corps célestes, comme la Terre.

À ce jour, les astronomes ont réussi à prédire les orbites des objets connus jusqu’à environ 100 ans dans le futur.

Selon le Dr Kelly Fast, responsable du programme de surveillance des objets géocroiseurs à la NASA en 2018, « aucun astéroïde mesurant plus de 140 mètres n’a une probabilité significative de heurter la Terre au cours des 100 prochaines années ».

De plus, une équipe dirigée par Oscar Fuentes-Muñoz de l’Université du Colorado à Boulder a repoussé les limites en prédisant les trajectoires d’astéroïdes plus volumineux sur une période de 1 000 ans.

« Évaluer le risque d’impact sur des échelles de temps aussi longues est un défi en raison des incertitudes orbitales croissantes. Pour surmonter cette difficulté, nous avons analysé l’évolution de la distance minimale d’intersection de l’orbite (MOID), qui définit les approches les plus proches possibles entre un astéroïde et la Terre », explique l’équipe dans son article.

« Cette analyse de l’évolution du MOID a permis de repérer les objets géocroiseurs qui restent à proximité de la Terre pendant de plus longues périodes, et nous avons proposé une méthode pour estimer la probabilité d’une rencontre avec la Terre sur ces périodes prolongées ».

Grâce à cette méthode, l’équipe a pu exclure la possibilité que la plupart des objets géocroiseurs entrent en collision avec notre planète au cours des mille prochaines années.

Ils ont également estimé que la probabilité d’un impact majeur avant l’an 3000 est très faible. L’objet le plus susceptible de croiser notre chemin – 7482 (1994 PC1) – n’a qu’une probabilité de 0,00151 % de nous frôler de près, passant plus près de la Terre que l’orbite de la Lune.

Publié par Laurent tourelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’Islande a décidé de continuer la chasse à la baleine et a délivré des permis pour chasser 128 rorquals communs

L’homme qui a mis sa tête dans un accélérateur de particules alors qu’il était en marche