in ,

La flore et la faune fusionnent en créatures hybrides fantastiques dans les peintures à l’huile de Jon Ching

Partager la publication

« Mère Mycélium. » Toutes les images © Jon Ching, partagées avec permission

L’artiste Jon Ching trouve un équilibre entre la texture et la couleur dans ses peintures à l’huile méticuleusement détaillées qui font que des créatures fantastiques – des hiboux avec des panaches de champignons et des moisissures floues, des hippocampes poussant des brindilles feuillues et des poissons avec des nageoires de tulipes rayées – semblent naturelles dans leur environnement. 

Cette vague distinction entre le réaliste et le surréaliste sature l’œuvre de Ching, qui imagine un écosystème magique qui visualise les relations symbiotiques entre la flore et la faune. «Je suis inspiré par la vision du monde de nombreuses cultures autochtones qui vénèrent le monde naturel et voient Dieu dans tous les aspects de notre monde vivant», a-t-il déclaré au site Colossal. 

Annonce

« Je crois que cette perspective est la clé de leurs sociétés durables et qu’elle doit être réveillée dans nos sociétés colonisées. »

Il a un don pour trouver l’enchanteur et l’inhabituel dans ses propres expériences, qu’il s’agisse de regarder des documentaires de David Attenborough ou de passer son enfance à Kaneohe, à Hawaï. 

« Mes créatures plus surréalistes, où la frontière entre la flore et la faune est floue, sont en partie ma tentative de dépeindre une partie de cette magie invisible », écrit-il. 

« En les plaçant dans un cadre réaliste parmi les espèces que nous connaissons, je les envisage dans le monde réel. Peut-être que si nous regardons assez près ou assez longtemps, nous les apercevrons et mon travail ne semblera plus surréaliste.

« Sheila Anne »

Vous pouvez voir les peintures de Ching à la Corey Helford Gallery de Los Angeles à partir du 14 août et trouver des estampes, des autocollants et des cartes postales dans sa boutique . Consultez son Instagram pour avoir un aperçu de son processus et des animaux et des plantes de la vie réelle qui façonnent ses œuvres.

Annonce

« Tape-à-l’oeil »

« Lutin »

« Aquariums »

Annonce

« Propriété »

« Nectar »

« À la poursuite de l’été »

« Puhpowee »

Publié par Laurent tourelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ombres chinoises

Apprenez à faire des ombres chinoises de la période Edo au Japon avec les sublimes gravures sur bois d’Hiroshige

sculptures entre ses mains

Une photographe capture « Les mouvements de l’eau » transformant le liquide en sculptures entre ses mains