in

Un musée américain restitue 150 objets sacrés au peuple sioux Lakota

Partager la publication

Aux États-Unis, plus de 870 000 artefacts amérindiens résident dans des musées et des archives, un nombre incalculable étant davantage entre des mains privées et non autochtones. Près de 110 000 d’entre eux sont des restes humains. 

Annonce

Les personnes détenues dans des institutions financées par des fonds publics sont depuis longtemps destinées à être renvoyées en vertu de la loi de 1990 sur la protection et le rapatriement des sépultures amérindiennes. Cependant, les progrès ont été lents et les musées et collections financés par des fonds privés ne sont pas contraints de la même manière. Un petit musée privé de Barre, dans le Massachusetts, a récemment décidé de faire ce qu’il fallait et de restituer 150 objets sacrés aux peuples Lakota Sioux.

Le Founders Museum de Barre a longtemps conservé la collection acquise par le marchand ambulant du XIXe siècle Frank Root. Il a acquis des articles autochtones pour les exposer dans le cadre d’un road show itinérant. Le faux trope « en voie de disparition » était déjà influent à la fin du XIXe siècle malgré la présence des tribus. 

Annonce

Les armes, pipes, mocassins et vêtements collectés par Root se sont finalement retrouvés au musée du Massachusetts. On pense que certains objets ont été volés lors du carnage du massacre de Wounded Knee en 1890 dans le Dakota du Sud, où environ 300 hommes, femmes et enfants Lakota ont été assassinés par les troupes américaines.

Ces articles sont extrêmement importants pour les peuples autochtones, dont certains sont des descendants de survivants de Wounded Knee. 

« Il a toujours été important pour moi de les rendre », explique Ann Meilus, présidente du conseil d’administration du Founders Museum. 

Annonce

“Je pense que le musée restera dans les mémoires pour être du bon côté de l’histoire pour la restitution de ces objets.” Les membres des tribus Oglala Sioux et Cheyenne River Sioux se sont récemment rendus au Massachusetts pour recevoir les 150 objets sacrés. Lors d’une cérémonie publique, les objets ont été symboliquement rendus. Ils ont été physiquement remis en privé à leurs véritables propriétaires.

« Depuis que ce massacre de Wounded Knee s’est produit, des génocides ont été instillés dans notre sang », déclare Surrounded Bear, 20 ans, qui a voyagé depuis la réserve indienne de Pine Ridge dans le Dakota du Sud. 

« Et nous rendre ces artefacts, c’est un pas vers la guérison. C’est un pas dans la bonne direction. » Les objets seront stockés au Collège Oglala Lakota pendant que leur avenir est décidé par les chefs tribaux. Yellow Bull, 61 ans, des Oglala Lakota, descend de Joseph Horn Cloud qui a survécu au massacre de Wounded Knee. 

Annonce

Réfléchissant à la cérémonie publique de rapatriement symbolique des objets, il dit : « Je veux qu’ils s’éloignent en sachant que nous sommes tous des êtres humains ». Après plus de cent ans, enfin, ces objets retournent à leur place.

Un musée de Barre, dans le Massachusetts, a rendu 150 objets sacrés aux peuples Lakota Sioux, dont certains ont été volés après le massacre de Wounded Knee.

Source : NBC , The Boston Globe 

Publié par Laurent tourelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sylvester Stallone, 76 ans, s’exprime sur le temps qui passe : « Il n’y a rien de gracieux à vieillir »

Chaque jour, Chris Judge transforme des nuages ​​en personnages de dessins animés amusants