in

Avoir une petite bistouquette et conduire une voiture de sport peuvent être liés selon la science

Partager la publication

Une nouvelle étude pré-imprimée prétend avoir trouvé des preuves psychologiques à l’appui de ce que nous pensions savoir depuis longtemps.

C’est un trope presque universellement reconnu que les hommes ayant un penchant pour les voitures rapides surcompensent pour être un peu moins bien dotés. Juste un stéréotype, pensez-vous peut-être, et peu flatteur en plus. Eh bien, et si nous vous disions qu’un groupe de psychologues a non seulement étudié cela scientifiquement, mais a peut-être trouvé des preuves suggérant que c’est vrai ?

Annonce

Une nouvelle étude pré-imprimée, qui n’a pas encore été examinée par des pairs, prétend avoir trouvé que les hommes considéraient les voitures de sport comme plus désirables lorsqu’on leur avait fait croire que la taille de leur pénis était plus petite que la moyenne. Bien qu’il soit important de se rappeler que la recherche préimprimée n’a pas encore été soumise à une évaluation par d’autres scientifiques, selon les mots des auteurs, « ces résultats soulèvent des questions intrigantes pour les recherches futures ».

Si vous avez déjà été dépassé par quelqu’un au volant d’une voiture de sport tape-à-l’œil, ou si vous en avez vu un rouler en ville avec le toit baissé et de la musique à fond, il y a de fortes chances que vous ayez entendu des murmures à propos de « l’énergie du petit pénis ». 

Et qui n’a pas remarqué la tempête Twitter autour de l’utilisation récente par Greta Thunberg de la même insulte contre la personnalité disgraciée des médias sociaux Andrew Tate ? 

Annonce

L’idée que les petits pénis de notre société sont attirés par les voitures rapides et ostentatoires est presque ancrée dans la culture.

Pour voir s’il pouvait y avoir une part de vérité, une équipe dirigée par le professeur Daniel C. Richardson du département de psychologie expérimentale de l’UCL a recruté 200 hommes anglophones âgés de 18 à 74 ans. Les participants ont effectué une tâche en ligne, qui leur a dit qu’il s’agissait d’un test de leur capacité à se souvenir des faits lors de l’achat de différents produits.

À chaque tour de l’expérience, les participants ont vu une déclaration sur l’écran pendant sept secondes, suivie d’une image d’un produit – du luxe et des articles de tous les jours. On leur a demandé de faire glisser un curseur pour montrer à quel point ils aimeraient avoir le produit. Pour finir, on leur montrait à nouveau soit la déclaration originale, soit une déclaration avec un changement subtil, et on leur demandait si c’était vrai ou faux.

Voici la partie délicate. Enfouies dans toutes ces questions, il y avait des déclarations sur la taille moyenne du pénis. Ces déclarations particulières étaient toujours suivies d’une photo d’une voiture de sport. Le fait est que, bien que les participants aient été amenés à croire que ces déclarations étaient factuelles, parfois elles ne l’étaient pas.

Annonce

Afin d’essayer de manipuler l’estime de soi des participants, certains membres du groupe ont été informés que la taille moyenne d’un pénis en érection est de 18 centimètres, tandis que les autres ont été informés qu’elle était de 10 centimètres. La vraie moyenne se situe quelque part entre les deux. 

Mais l’idée était que les hommes à qui on disait que la taille moyenne est beaucoup plus grande qu’elle ne l’est croiraient par conséquent que leur propre bijoux de famille était plus petit, et que le contraire serait vrai pour ceux à qui on disait que la moyenne était plus petite.

Lorsqu’ils ont calculé les résultats, l’équipe a découvert que les hommes à qui l’on faisait croire que leur pénis était plus petit que la moyenne étaient plus susceptibles de considérer les voitures de sport comme hautement désirables. Il existe également un effet de l’âge, cette tendance étant beaucoup plus marquée chez les hommes de plus de 30 ans.

Étant donné que le travail n’a pas encore été évalué par des pairs, il est probablement trop tôt pour tirer des conclusions définitives. 

Cependant, comme le notent les auteurs dans l’article, le travail fournit des preuves possibles qu’il pourrait y avoir une part de vérité dans le vieil adage.

« Peut-être y a-t-il juste quelque chose de spécifique reliant les voitures et les pénis dans la psyché masculine. Cette hypothèse est étayée par les données de cet article et expliquerait l’existence du lien de la voiture phallique dans les blagues quotidiennes, les publicités et le discours académique. L’industrie automobile de luxe peut ne pas vouloir reconnaître ce lien, mais nos résultats le font.

C’est une matière à réflexion, pour le prix des « titres d’études que nous ne pouvons pas vraiment croire réels ».

La prépublication est accessible via PsyArXiv .

Publié par Laurent tourelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une carte au trésor révélant le site d’un pillage nazi rendue publique pour la première fois

Découvrez pourquoi les archéologues ont trop peur d’ouvrir la tombe du premier empereur de Chine