in

Les personnages subissent la contrainte et le confinement dans les sculptures en bronze du parisien Khaled DAWWA

Partager la publication
Khaled DAWWA

« Sans titre » (2020), bronze, 35 x 14 x 13 centimètres. Toutes les images © Khaled DAWWA, partagées avec autorisation

Qu’elles soient pliées dans une boîte, liées par des cordes ou fragmentées et empilées, les figures indescriptibles que sculpte l’ artiste parisien Khaled DAWWA subissent une forme d’enfermement. Leurs corps sont tordus dans des cages ou serrés dans les bras l’un de l’autre, et chacun regarde vers le bas ou au loin, une position qui leur donne l’impression de manquer de pouvoir et d’espace pour être libres. Moulées en blocs denses, les sculptures introspectives reflètent la préférence de l’artiste pour la terre cuite et le bronze. « Tout ce que nous avons reçu de l’histoire ancienne vient de ces deux matériaux », dit-il.

Annonce

La plupart des pièces présentées ici font partie de la série Compressed , née des propres expériences de l’artiste. Il dit au site Colossal :

Ce projet a été inspiré par le fait que j’ai vécu dans différents endroits pendant une courte période : détention et service militaire obligatoire à Damas pendant quatre mois, puis au Liban pendant un an et enfin arrivée en France. A mon arrivée en France, je me suis d’abord sentie libérée de tout. Puis j’ai réalisé que les Français vivent leur vie dans un système complexe qui fait d’eux des « gens compressés » et que nous avons cela en commun. C’est la première série dans laquelle je regarde les gens au-delà de la Syrie.

Si vous êtes à Paris, vous pouvez voir les œuvres de Khaled DAWWA dans de nombreux endroits de la ville : sa pièce intitulée « Les Passants » a été installée dans un lieu public à Clamart en mai 2021, et il participe également à Beautify Paris en juin de cette année. Actuellement, il fait partie de Répare, Reprise à la Cité internationale des Arts , une exposition collective qui se déroule jusqu’au 10 juillet, et est en train de réaliser un film sur les œuvres exposées. Explorez plus de sculptures compactées de l’artiste sur Instagram .

Khaled DAWWA

« Compressé » (2016), bronze, 13 x 11 x 8 centimètres

Annonce

« Liberté » (2019), terre cuite, 35 x 16 x 13 centimètres

Khaled DAWWA

« Siège » (2019), bronze, 35 x 14 x 13 centimètres

À gauche : « Les mille et une nuit » (2016), terre cuite et bois, 20 x 30 centimètres. À droite : « Et nous resterons amis pour toujours… », bronze, 110 x 59 x 36 centimètres

Annonce

« Une cellule individuelle » (2016), terre cuite et bois, 15 x 15 x 5 centimètres

Publié par Laurent tourelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des univers LEGO minutieusement réalisés par l’artiste Ekow Nimako en monde afrofuturiste

Les portails installés à 600 km de distance permettent aux gens d’interagir les uns avec les autres en temps réel