in

Cet homme a enterré 42 autobus scolaires pour créer un immense abri souterrain.

Partager la publication
Crédit photo : boredomtherapy

Son refuge peut accueillir jusqu’à 500 personnes !

Un homme qui avait peur d’une attaque nucléaire

Avec les menaces nucléaires venant de la Corée du Nord ou autre, il n’est pas surprenant que Bruce ait pensé à construire un abri qui le protégerait des retombées.

Annonce

Bruce fait partie de ceux qu’on appelle « les preppers », ceux qui anticipent le pire, pour faire face aux guerres, aux catastrophes naturelles

Bruce a créé un endroit tellement unique qu’il faut le voir pour le croire

Venez découvrir l’intérieur de son abri souterrain ; un endroit qui donne des frissons…

Bonne visite.

Au Canada

Bruce a vécu à Chicago pendant de nombreuses années avant de s’installer dans une région reculée du Canada à Horning’s Mills en 1970. C’est pendant la guerre froide qu’il a commencé à réfléchir au survivalisme nucléaire.

Entre 1980 et 1985

Annonce

Entre 1980 et 1985, Bruce a acheté 42 anciens autobus scolaires avec une idée précise en tête.

42 bus !

Bruce a placé les 42 vieux bus dans une immense fosse souterraine et les a recouverts de béton pour les renforcer. Il possède et entretient officiellement le plus grand abri antinucléaire d’Amérique du Nord, qu’il appelle Ark Two.

Environ 1000 mètres carrés!

L’ensemble de la structure mesure environ 1000 mètres carrés de surface et peut accueillir confortablement jusqu’à 500 personnes. Il y a de la place pour diverses activités et courses quotidiennes, comme le dit Bruce, le bunker est « pratiquement impénétrable à tout ce qui n’est pas une frappe nucléaire directe ».

Annonce

Un refuge incroyable !

La plupart des gens qui vivent près de Bruce pensent que l’entretien de l’abri est une grosse perte de temps. Cependant, Bruce sait qu’en cas d’attaque nucléaire, il dispose de fournitures et d’un abri pour rester en vie.

14 pieds sous terre

Ark Two est enterré à environ 5 mètres sous terre et Bruce a acheté les anciens bus scolaires pour 300 $ chacun. 

Annonce

Cela peut sembler cher, mais Bruce pense que cela en vaut la peine. Au cours des 35 dernières années, il a travaillé dur chaque jour pour s’assurer que le bunker est équipé et prêt en cas d’urgence.

Les commodités

Le bunker a tout le confort que l’on peut trouver dans une maison. Le refuge comprend deux grandes cuisines, un salon, des salles de classe pour les enfants et des salles de bain avec eau courante. Vous ne pourriez vraiment rien demander de plus.

Et plus…

La propriété offre également une plomberie complète, incluant un puits privé pour assurer une eau potable propre, des génératrices diesel avec trois mois de carburant et une station de radiocommunication électronique pour que l’information puisse être transmise partout au Canada et aux États-Unis.

Annonce

Les lits

L’abri est également entièrement équipé de lits superposés séparés (hommes et femmes) et de zones de stockage de type cabine pour permettre aux personnes de ranger leurs affaires.

Et une salle de décontamination

L’Ark Two comprend également une salle de décontamination, la première pièce que tout visiteur devrait traverser avant d’entrer dans le bunker. Cette salle est destinée à éliminer la propagation des maladies et des radiations dans l’abri lui-même.

Le gouvernement

Le plus gros problème de Bruce est à la fois politique et bureaucratique. Toutes les branches du gouvernement local ont été peu enthousiastes à propos de l’abri. Bruce a construit le bunker sans les permis appropriés et affirme que le gouvernement local l’a poursuivi plus de 30 fois.

Annonce

Une bonne idée?

Bruce dit que même s’il croit fermement qu’il fait ce qu’il faut, le stress lié à l’entretien du refuge a eu un impact négatif sur lui et sa famille. Ces derniers mois, le complexe a subi des incendies, des rats, du vandalisme et des inondations.

Vos impressions ?

Certains pourraient penser qu’il est fou, et d’autres pourraient penser qu’il rend service à l’humanité, mais quoi qu’il en soit, Ark Two est une forteresse qui fait partie du paysage de la ville rurale de Horning’s Mills, au Canada. Espérons que le monde ne verra jamais une guerre nucléaire, mais si c’est le cas, Bruce pourrait être l’homme de la situation.

Publié par Laurent tourelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

L’encre noire et l’aquarelle se mêlent dans les créatures mystiques des peintures d’Endre Penovác

Un artiste de 5 ans né autiste crée des peintures étonnantes