in

Les « capsules à suicide » imprimés en 3D pour l’euthanasie assistée sans douleur seront sur le marché Suisse en 2022

Partager la publication

La Suisse vient de légalisé une capsule imprimée en 3D qui permettra à ceux qui souhaitent mourir d’une mort assistée de choisir où ils veulent le faire. Le Sarco Pod , créé par Exit International , permettrait une euthanasie rapide et indolore et ne nécessite aucune aide extérieure. Comme la fonctionnalité peut être activée de l’intérieur, les utilisateurs peuvent gérer seuls leur auto-euthanasie.

La machine qui ressemble à un sarcophage ou à une capsule de sommeil des films de science fiction, a été créée comme alternative aux méthodes actuelles; qui, en chez nos voisins, consiste à avaler une pilule qui met la personne dans le coma avant de mourir. Sarco Pod, au contraire, fonctionne en réduisant lentement la quantité d’oxygène dans la capsule tout en augmentant l’azote. Selon le Dr Philip Nitschke, fondateur d’Exit International et créateur du Sarco Pod, la méthode permet une mort sans souffrance.

Annonce

Une fois que la personne est à l’intérieur de la capsule, elle doit répondre à une série de questions préenregistrées, puis appuyer sur un bouton. À ce stade, le niveau d’oxygène à l’intérieur chute. Il y a, cependant, une trappe d’évacuation si quelqu’un change d’avis. Selon l’entreprise, la machine offre une « mort hypoxique heureuse », car le faible taux d’oxygène procure un état d’euphorie avant que la personne ne s’évanouisse.

Le Sarco Pod est une capsule d’euthanasie imprimé en 3D conçu pour fournir une mort sans souffrance.

« Nous voulons supprimer tout type d’examen psychiatrique du processus et permettre à l’individu de contrôler lui-même la méthode », a déclaré Nitschke . 

« Notre objectif est de développer un système de dépistage par intelligence artificielle pour établir la capacité mentale de la personne. Naturellement, il y a beaucoup de scepticisme, surtout de la part des psychiatres. L’avantage pour la personne qui utilise la capsule, c’est qu’elle n’a pas besoin d’obtenir d’autorisation, qu’elle n’a pas besoin d’un médecin spécialisé pour essayer de se faire piquer et qu’elle n’a pas besoin de se procurer des médicaments.

Annonce

Nitschke souligne que la capsule, qui peut également être utilisée comme cercueil, peut être transportée n’importe où, même dans un « cadre extérieur ». Tout cela est pour atteindre l’objectif de Nitschke de donner à plus de gens la possibilité de décider comment, quand et où ils aimeraient partir.

Maintenant que le Sarco Pod a passé l’examen juridique en Suisse, il est prévu de le mettre sur le marché en 2022.

Exit International : Site Web | Twitter

Publié par Laurent tourelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Un gros logo en bronze s’enroule au coin d’un musée à Prague

Vous pouvez séjourner dans une maison sur le thème des ovnis des années 60 !