in

Un retraité français s’éjecte accidentellement d’un avion de chasse pendant son « cadeau » de retraite

Partager la publication

Un retraité français a reçu un cadeau de retraite qu’il n’oublierait jamais lorsque ses collègues ont décidé de l’envoyer participer à une journée d’expérience en avion de chasse.

L’expérience unique dans une vie est rapidement devenue une expérience traumatisante, lorsqu’une série d’événements malheureux s’est terminée lorsque le passager réticent de 64 ans s’est accidentellement éjecté de l’avion. Le pilote et le passager ont atterri en toute sécurité, nous laissant libres d’apprécier le magnifique timing comique d’une histoire que vous ne pouviez pas inventer.

Annonce

Le 20 mars 2019, un employé d’un industriel de la défense a eu droit à un cadeau de départ à la retraite qui le verrait embarquer à contrecœur dans un avion de chasse biplace Rafale-B de l’armée de l’air française depuis la base aérienne 113 de Saint-Dizier, dans l’est de la France. L’homme, qui selon le rapport d’enquêteur aéronautique du BEA-E n’avait jamais manifesté de passion pour le vol « et en particulier sur un Rafale », n’était pas préparé, c’est le moins qu’on puisse dire. Ce qui s’est passé ensuite est répertorié dans son intégralité dans un rapport.

Quatre heures seulement avant le début des préparatifs du décollage, l’homme a été autorisé à voler par un médecin et informé qu’il rejoindrait une sortie de trois Rafale pour un vol d’entraînement militaire.

Toutes les images / Pixabay

Habituellement, cet examen est effectué 10 jours à l’avance pour permettre une préparation mentale suffisante pour le vol, mais les restrictions ont été assouplies car il avait été convenu que le passager ne serait pas exposé à des forces négatives. Cette information n’a, surtout, pas été communiquée au pilote. Les lectures de la montre intelligente de l’homme ont donné une indication de son état d’esprit avant de voler, avec une fréquence cardiaque moins que reposante entre 136 et 142 BPM (la plage normale est de 60 à 100 BPM).

Les avions de chasse se déplacent à des vitesses fulgurantes et changent de direction rapidement, ce qui déclenche des montagnes russes sensorielles pour les passagers à l’intérieur en raison du facteur de charge.

Annonce

Lorsque vous rencontrez un facteur de charge positif (+G), vous vous sentez plus lourd et lorsque vous rencontrez un facteur de charge négatif (-G), vous vous sentez plus léger. Les avions commerciaux adoptent une montée douce d’environ 10°-15° générant un facteur de charge d’environ +0,4G. Pour notre Français inexpérimenté, le Rafale a effectué un décollage à 47° avec un facteur de charge d’environ +4G. Cette manœuvre quelque peu préoccupante a ensuite été aggravée par la mise en palier du pilote, créant un facteur de charge négatif d’environ -0,6G. Quelque chose que tout le monde lui avait assuré n’arriverait pas.

Toutes les images illustrations / Pixabay

Alimenté par la pression des autres, le passager s’était essentiellement installé à bord de l’avion lui-même, ce qui signifie que les contrôles d’installation ont été… incontrôlés. En conséquence, il s’et mal installé dans son siège avec son pantalon anti-g mal ajusté, son casque et son masque à oxygène mal en place. Il n’est donc pas surprenant qu’au moment du décollage, il ait essayé de s’accrocher à l’objet solide le plus proche.

Il s’est avéré qu’il s’agissait de la poignée d’éjection. Jeté de l’avion avec un bang, le nouveau retraité a subi une dernière difficulté alors que son masque à oxygène et son casque mal ajustés étaient éjectés de sa tête.

Annonce

L’avion maintenant à moitié vide, le pilote déconcerté a fait un retour rapide à la base aérienne tout en sachant que son propre siège pouvait s’éjecter à tout moment. Le système d’éjection de commande du Rafale-B catapulte généralement les deux passagers au cas où un membre d’équipage tirerait sur la poignée. Heureusement, la seule erreur technique positive survenue pendant le vol a maintenu le pilote en place suffisamment longtemps pour atterrir et évacuer l’avion en toute sécurité.

Un rapport du BEA-E concluait que la pression des collègues et une mauvaise préparation faisaient que « les marges de décision laissées au passager pour éventuellement refuser le vol sont perçues comme quasi inexistantes ». Ils ont rappelé aux autorités militaires et à Dassault Aviation de respecter à l’avenir la règle des 10 jours entre le médical et le vol, pour éviter d’infliger des charges salariales négatives à de futurs Français énervés sans pantalon.

La leçon : méfiez-vous de quiconque vous offre un cadeau d’adieu. Ils pourraient le prendre au mot.

Publié par Laurent tourelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un artiste a placé des poissons rouges dans des mixeurs et a demandé aux visiteurs de les mettre en route, et ils l’ont fait

Après avoir perdu ses oeufs, une chouette adopte deux hiboux orphelins ( vidéo )