in

Découvrez les intérieurs architecturaux cachés des instruments classiques avec ces superbes photos

Partager la publication

De superbes photos révèlent les intérieurs architecturaux cachés dans les instruments classiques

Si vous regardez rapidement les photographies de Charles Brooks , vous pourriez penser qu’il s’agit d’un aventurier documentant des lieux abandonnés . Mais en y regardant de plus près, on remarque quelque chose d’un peu différent à propos de ces espaces caverneux et tunnels. 

Annonce

Ce ne sont pas, en fait, des bâtiments mais les intérieurs d’instruments de musique classiques que Brooks photographie pour son projet Architecture in Music.

La série de photos est l’aboutissement de la vie passée et présente de Brooks, qui a travaillé comme violoncelliste de concert pendant 20 ans avant de commencer sa carrière de photographe professionnel. 

Annonce

Ce regard « sous le capot » des instruments qui lui sont familiers lui permet d’assouvir sa curiosité de musicien et de faire preuve de créativité en tant que photographe.

Toutes les images / Pixabay

« L’intérieur d’un violoncelle ou d’un violon n’était que quelque chose que l’on ne voyait que lorsqu’on le réparait. La complexité complexe de l’action d’un piano était cachée derrière un bois laqué épais. C’était toujours un plaisir de les voir à l’intérieur lors d’une rare visite chez un luthier », a déclaré Brooks. 

Annonce

« Explorer le fonctionnement interne de ces instruments est venu naturellement dès que j’ai pu mettre la main sur le matériel nécessaire pour photographier les instruments sans dommage. »

De manière créative, Brooks a utilisé un effet d’empilement de focus de manière innovante pour faire paraître ces petits espaces assez grands. Obtenir l’effet, tout en gardant tout net, était assez difficile. « Aucune des séries n’est la chance d’un seul coup », révèle Brooks.

 « Il est impossible d’avoir une mise au point aussi claire dans une seule image. Au lieu de cela, je prends des dizaines à des centaines d’images à partir de la même position, déplaçant lentement la mise au point d’avant en arrière. 

Annonce

Ces photos sont ensuite soigneusement mélangés dans un plan final où tout est clair. Le résultat trompe le cerveau en lui faisant croire qu’il regarde quelque chose de grand ou de caverneux. J’aime la dualité que l’intérieur de l’instrument semble être sa propre salle de concert.

Lorsque Brooks a commencé la série, il a été surpris par ce qu’il a vu à l’intérieur. Chaque instrument a sa propre histoire à raconter, avec des marques de réparation et d’outils montrant son histoire. 

Du violoncelle du XVIIIe siècle au saxophone moderne, ces instruments de musique se distinguent par leurs caractéristiques. En les examinant, Brooks a pu acquérir une nouvelle appréciation du savoir-faire et de l’ingénierie derrière la conception.

L’architecture exquise de Steinway.

« Je m’attendais à voir une plus grande différence entre les pianos – Steinway et Fazioli – dont chacun coûte des centaines de milliers. Je pense que leur similitude frappante, même à un niveau aussi macro, témoigne du fait que la mécanique d’une action de piano a atteint une certaine perfection dans la conception. 

Annonce

Mais la plus grande surprise a été le didgeridoo. Je ne savais pas qu’ils étaient creusés par les termites, pas à la main ! La surface organique est tellement étrangère que je la trouve assez fascinante.

Brooks espère que ses photographies permettront aux mélomanes d’acquérir une nouvelle appréciation non seulement pour les musiciens mais pour toute la chaîne d’experts qui se consacrent à la fabrication de ces instruments.

Architecture in Music  est un regard fascinant sur l’intérieur des instruments de musique classiques.

En utilisant le focus stacking, le photographe et ancien violoncelliste de concert Charles Brooks crée l’illusion de grands espaces.

Annonce

Souvent, il compare des instruments modernes et anciens, comme ces trois saxophones.

L’intérieur d’une clarinette basse Buffet Prestige, photographié dans l’atelier de Maurice Reviol à Auckland, Nouvelle-Zélande.

Annonce

L’une de ses plus grandes surprises était un didgeridoo, car l’intérieur est creusé par les termites.

Charles Brooks : site Web | Facebook | Instagram

Publié par Laurent tourelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les clients qui séjournent dans cet appartement écossais gèrent à tour de rôle la librairie en bas

Vidéo : Un petit garçon jouant de la batterie faite de bidons vides et de bâtons en bois, laisse Internet en admiration